Soutenance de thèse

Le Lundi, 16. septembre 2019 -
14:00 - 19:00
Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site Saint Charles

Madame Hong PU

Soutiendra lundi 16 septembre 2019 à 14 h

Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site Saint Charles 1 -

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Arts spécialité Études cinématographiques et audiovisuel

Titre de la thèse : L’idéologie, la propagande et le cinéma chinois d’animation entre les années 20-70

Composition du jury :

  • M. François AMY DE LA BRETÈQUE, Professeur émérite, Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • M. Michel CADÉ, Professeur, Université de Perpignan - Via Domitia
  • Mme Claire PICOD, Professeure, Université de Perpignan - Via Domitia
  • Mme Marion POIRSON-DECHONNE, Maîtresse de conférences habilitée émérite, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice de thèse
  • M. Angel QUINTANA, Professeur, Université de Gérone (Espagne)

Résumé de la thèse

Les travaux de thèse développe la longue histoire du cinéma chinois d'animation sur la période allant de 1920 à 1977, du début du 20e siècle jusqu'à la fin de la grande révolution culturelle prolétarienne. Le sujet de la thèse est : l’idéologie, la propagande et le cinéma chinois d’animation entre les années 20-70. La problématique s'oriente vers le cinéma chinois d'animation qui s'intègre dans la propagande, l'idéologie ainsi que la politique du pouvoir dans différentes époques, selon une évolution esthétique et artistique. Depuis les premières générations de cinéastes qui imprègnent la plus haute direction politique dans leurs créations cinématographiques. J'ai donc travaillé sur les différents chef d'oeuvres de chaque genre du cinéma chinois d'animation ainsi que sur les travaux de leurs créateurs.
Les travaux de recherche ont été rédigés en trois chapitres selon une démarcation de l'histoire de la Chine, qui correspond aux moments historiques importants et aux situations sociales d'enjeux en Chine : la création embryonnaire du cinéma chinois d'animation entre les années 20 et 40 avec l'objectif de décrire le processus amenant la naissance de cinéma chinois d'animation ainsi que les premières fonctions qui en ont été faites, comme arme de propagande ainsi que servir l'idéologie du parti communiste impliqué dans l'animation chinoise pendant la guerre mondiale et la guerre civil. Durant cette période, il y eut plusieurs couts-métrages en noire et blanc qui furent réalisé et produits, y compris le premier long métrage noir et blanc La princesse à l'éventail de Fer en 1941.
Après la seconde guerre mondiale, Le cinéma chinois d'animation a été soumis à la seule idéologie omniprésence en Chine - le maoïsme - durant les années 50 60 et 70. Il atteignit son apogée en accompagnement d'une forte création esthétique et artisanale d'une génération de cinéaste toujours irremplaçable aujourd'hui. Il y eut de nouveaux genres du cinéma chinois d'animation qui parurent : comme la première animation en couleur, le papier découpé, le lavis animé, le premier long métrage en couleur - le roi singe. Toutes les animations sont produites par le studio d'art de ShangHai. Malgré que Le Studio d'art de Shanghai devint alors l'usine de production des Gardes Rouges et que le cinéma d'animation chinois fut forcé d'arrêter en raison de la tempête sociale de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne.
Les travaux de thèse se conclut sur la fin de la grande révolution culturelle, et du décès du président Mao, avec pour thème des sujets comme : la rééducation des intellectuelles, la bande des quatre, la propagande, l'idolâtrie et les images paradoxales avec dizaines de animations révolutionnaire reflétant la situation sociale de la Chine.